FRANCOISE CHANDERNAGOR.

Françoise Chandernagor

Françoise Chandernagor, écrivain, est membre de l’Académie Goncourt. Elle a écrit de nombreux romans couronnés de succès. (Billet du 15 novembre2013)

LA PREMIERE EPOUSE.

« Je suis en deuil. En deuil de mon mari vivant. »

C’est la première phrase du livre. L’héroïne, Catherine, est écrivain. Son mari, Francis, préside un grand établissement financier. Ils ont quatre enfants.

Catherine sait son mari volage mais elle en est toujours amoureuse. Elle a cru qu’elle serait toujours « la première épouse » la privilégiée, celle qu’on aime même si on la trompe.

Tout s’écroule quand Francis lui apprend qu’il va la quitter pour une autre, une plus jeune, après vingt-cinq ans de vie commune. Elle imagine Laure : « Je la parais de tous les charmes dont j’étais privée : blonde, belle, élégante, futile, fantasque, mondaine, éthérée, optimiste, et surtout aimante… »

Quel choc d’apprendre qu’il s’installe chez « l’autre » ! D’apprendre qu’il y était depuis des mois, même s’il habitait toujours avec elle « à mi-temps ».

Sa douleur est immense. « Je suis perdue » « Mes larmes coulent comme le vin et je m’enivre de chagrin » « Je suis brisée » « Je suis salie » « Je suis brûlée ».

Elle va s’enfoncer dans le chagrin, cherchant auprès de ses amis à en savoir plus. Eux ne comprennent pas qu’elle ait été aussi aveugle et les « bons conseils » ne manquent pas. « Laisse tomber ! Votre histoire est banale à pleurer. Dans nos milieux, un quinquagénaire qui divorce, tu sais… »

Un jour cependant, pour la première fois, elle laisse déborder sa colère. « Je te méprise » et elle piétine ses cravates.  « Brusquement, il se jeta sur moi, je levai les bras pour me protéger, il m’attrapa les mains… Et ma bague de fiançailles tourna. A l’instant précis où il me saisit la main, la pierre verte se plaça entre les deux doigts. Il serra. Je poussai un hurlement ; il me regarda, hébété : ma main gauche enflait à vue d’œil ; il venait de me briser les doigts. »

A l’hôpital, une radiologue l’accueille mal : « J’en ai marre, moi, de voir arriver à l’hosto des femmes « tombées dans les escaliers » ! Il ne vous a pas cassé la main, ce con : il l’a broyée ! Mais vous supporterez tout, n’est-ce pas ? Pourquoi ? Pourquoi ? »

Peu à peu pourtant, difficilement, elle va changer : « Je n’ai pas été trompée par mon mari, je me suis trompée sur lui. » C’est un sadique, il lui a brisé la main ; un bigame dans l’âme ; un goujat, qui a osé recevoir sa maîtresse chez lui…

Et pourtant ! Quand l’avocate qu’elle consulte pour le divorce, lui conseille un divorce pour faute dont la première étape sera le constat d’adultère, elle est choquée.

Ce sera la guerre. « Guerre civile. Il y a la guerre entre moi et moi, le moi qui l’aime et le moi, qui le hait. »

Guerre aussi inévitable en cas de divorce non souhaité par un des deux. Partage du patrimoine, toutes les formalités à accomplir. Francis ne lui fera pas de cadeau… Très vite, elle abdique, refuse de se battre comme tout le monde le lui conseille.

Elle va retrouver la paix. « Je peux enfin faire du bien à quelqu’un qui va l’apprécier : moi-même. »

Elle va écrire mais elle le sait, elle ne pourra écrire que sur un couple, Laure et Francis… Vengeance ? Je dirais plutôt une délivrance.

Peu à peu, sa vie va changer. Elle s’installe à la campagne et peut dire : « Il sort mais je n’en meurs pas. »

La séparation, le divorce sont des sujets difficiles. Parfois cela se passe bien, mais souvent, très mal. Françoise a choisi de faire de Catherine quelqu’un qui souffre. Perte de son mari, de son identité. Une trahison pas acceptée. L’amour est toujours là, mais la haine vous submerge malgré vous.

Pourtant, le plus difficile dans une séparation vient souvent des enfants. Qui aura la garde ? Qui acceptera de ne pas faire peser sur eux une situation douloureuse dont ils sont les victimes non les responsables ?

Dans le cas de Catherine, les enfants sont grands. C’est plus simple. Mais elle accepte difficilement qu’ils voient leur père chez Laure.

Le roman est émouvant. Parfois j’ai eu l’impression que Catherine se complaisait dans le chagrin. Mais comment juger ?

Françoise Chandernagor écrit bien. Son livre, comme toujours, fourmille de citations littéraires. Un peu d’air dans un récit si triste.

Je dirai aussi combien le livre est réaliste. L’entourage croit bien faire. Que ce soit en disant du mal de Laure ou en critiquant ce qu’ils appellent l’incompréhensible attitude de Catherine.

Hélas ! les bonnes intentions peuvent parfois brûler plus que le silence.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s