15 AOUT EN OUTREMEUSE.

Le 15 août est pour les Liégeois une grande fête religieuse et populaire. On y célèbre l’Assomption par une messe célébrée en wallon. Une procession part de l’église Saint-Nicolas-Outremeuse où est conservée la Vierge Noire qui date du 16e siècle. Tout au long du parcours de nombreux fidèles déposent des bouquets de fleurs sur le support transportant la statue.

Dans l’après-midi se déroule le grand cortège folklorique qui rassemble des dizaines de groupes et fanfares. On y retrouve les géants de la province de Liège dont les plus populaires Tchantchès et Nanesse, personnages d’Outremeuse.

Il faut remonter au 19e siècle pour retrouver Tchantchès et sa femme Nanesse. Ils apparaissaient dans les théâtres populaires où se jouaient les chansons de geste du Moyen Age liées à Charlemagne.

L’origine du nom de Tchantchès est controversée. D’après certains le nom viendrait de « petit jean » en flamand « jantches » prononcé à la wallonne « D’jan tchès »

En 1950, les politiciens liégeois décideront très officiellement que la signification de Tchantchès viendrait d’une altération enfantine de « François »

A l’origine Tchantchès était une marionnette à tringle apparaissant dans les théâtres bourgeois, puis, après leur disparition, dans les théâtres ouvriers en 1920. C’est à ce moment qu’est fixé le costume de Tchantchès : pantalon à carreau noir et blanc, sarrau bleu, foulard rouge à pois blancs, casquette noire. C’est le costume typique des ouvriers de la fin du 19e siècle. On y a ajouté un nez rouge par allusion au buveur du peket (genièvre).

Au 19e siècle les Liègeois ont mis dehors leurs princes-évêques puis les Hollandais et tout naturellement ils vont attribuer à Tchantchès leur caractère frondeur et vont faire de lui un personnage courageux, déterminé, assoiffé de liberté et sensible à la gloriole. Il fallait bien lui donner une épouse, ce sera Nanesse, Le nom viendrait d’Agnès un personnage de fiction issu du folklore liègeois.

Nanesse est une « botteresse » (porteuse de hotte) habillée du costume traditionnel des ouvrières liègeoises du 19e siècle. Elle est la « binamèye crapade »  (gentille fiancèe).

Nanesse est pleine de bon sens, courageuse à l’ouvrage, excellente cuisinière et jalouse. A la maison c’est elle qui « poite li maronne » (porte la culotte).

De marionnettes Tchantchès et Nanesse sont devenus des géants très admirés dans le cortège du 15 août.

 

Publicités

BONNE FETE AUX LIEGEOIS.

15aout2

La marionnette la plus célèbre est Tchantchès, marionnette à tringle, vêtue depuis 1920 et la disparition des théâtres bourgeois, du costume ouvrier : sarrau bleu, foulard rouge à pois blancs, casquette noire.

De nombreuses légendes existent sur son origine. La plus connue est qu’il serait né en 760 entre deux pavés d’un quartier populaire de la ville. Les gens qui le trouvèrent furent émerveillés de l’entendre chanter dès son entrée dans la vie : « Allons, la mère Gaspard, encore un verre. »

Au théâtre, Tchantchès interpelle le public dans un mélange de français et de wallon et le convie à ses aventures. Elles sont liées le plus souvent aux épisodes de la vie de Charlemagne. Tchantchès vient à la rescousse de l’empereur en combattant à grands coups de sabots le diable ou la sorcière.

Têtu, drôle, roublard mais bon coeur il a comme compagne Nanèsse, « sa binamée crapôde », pleine de bon sens.

Les effigies géantes de Tchantchès et Nanèsse font partie du cortège folkorique du 15 août de même que celle de Charlemagne et depuis peu, Saint Lambert, fondateur de la ville.

La fête religieuse est célébrée par la procession de la Vierge Noire et une messe en wallon.

Quatre jours de festivité pendant lesquelles le « pèkèt » coule à flots.

tchant7 (1)

Vierge noire