MEILLEURS VOEUX.

feu-dartifice-2

BONNE ANNEE !

L’année qui s’achève a été horrible chez nous et dans le monde. Certaines régions du monde ne verront probablement pas d’amélioration en cette nouvelle année. Chez nous, nous pouvons croire  que cela ira mieux même s’il reste bien des problèmes. Combien y aura-t-il encore de personnes précarisées, de chômeurs, de malades ? Nous pouvons cependant espérer qu’il n’y aura plus d’attentas même si la menace est toujours là. Je remercie tous ceux qui nous ont protégés.

Je vous souhaite, cher lecteur, une année heureuse. La santé pour vous et vos proches, le courage d’affronter les difficultés que vous rencontrerez, le bonheur fait parfois de petites joies réconfortantes.

Je vous remercie pour vos visites de mon blog. C’est pour moi un grand plaisir de partager avec vous ce que j’aime, ce que je ressens ou ce qui m’irrite.

Je voudrais terminer l’année par une vidéo qui est une chanson qui a résisté au temps car elle est toujours fredonnée  et a été chantée notamment par Dalida et Mireille Mathieu  « Vive le vent » A l’origine, c’était une chanson américaine «  Jingle Bells » (Tintez clochettes) écrite par James Pierpont (1822-1893). Elle a été adaptée en français par Francis Blanche en 1948.

UN HOMME ET UNE FEMME.

pierre-barouh-18-mai

Pierre Barouh, célèbre parolier, est décédé mercredi à Paris. Il avait 82 ans.

Compositeur, interprète, éditeur beaucoup de ses chansons nous sont familières. Une des plus connues, celle du film « Un homme et une femme » de Claude Lelouch, dont il est non seulement le parolier mais aussi l’interprète avec Nicole Croisille sur une musique de Francis Lai.

J’aime aussi « La bicyclette » interprétée par Yves Montand et « Des ronds dans l’eau » chantée par Françoise Hardy.

J’espère que vous aurez autant de plaisir que moi en les regardant.

 

 

NOEL.

sapin-de-noel

JOYEUX NOEL.

Les sapins

Les sapins en bonnets pointus
De longues robes revêtus
Comme des astrologues
Saluent leurs frères abattus
Les bateaux qui sur le Rhin voguent

Dans les sept arts endoctrinés
Par les vieux sapins leurs aînés
Qui sont de grands poètes
Ils se savent prédestinés
À briller plus que des planètes

À briller doucement changés
En étoiles et enneigés
Aux Noëls bienheureuses
Fêtes des sapins ensongés
Aux longues branches langoureuses

Les sapins beaux musiciens
Chantent des noëls anciens
Au vent des soirs d’automne
Ou bien graves magiciens
Incantent le ciel quand il tonne

Des rangées de blancs chérubins
Remplacent l’hiver les sapins
Et balancent leurs ailes
L’été ce sont de grands rabbins
Ou bien de vieilles demoiselles

Sapins médecins divaguants
Ils vont offrant leurs bons onguents
Quand la montagne accouche
De temps en temps sous l’ouragan
Un vieux sapin geint et se couche

Guillaume Apollinaire.

J’ai choisi la vidéo « Minuit Chrétiens » dont les paroles sont de Placide Clappeau, poète français (1808 – 1877) et la musique d’Adolphe Adam (1807-1856).

C’est un souvenir d’enfance. Elle était jouée chaque année au début de la messe de minuit puis supprimée, à mon grand regret, parce qu’elle n’était pas considérée comme un chant religieux.

De nombreux chants de Noël passaient en boucle à la radio : « Douce Nuit – Sainte Nuit » « Il est né le Divin Enfant » « Les anges dans nos campagnes » « Mon beau sapin ».

 

Noël est fêté dans de nombreux pays : Royaume-Uni, Allemagne, Portugal, Espagne, Grèce, Suède, Finlande et aussi aux Etats-Unis, au Canada, en Russie.

Les traditions sont différentes, elle n’est pas toujours restée une fête religieuse mais elle est bien universelle.

 

MICHELE MORGAN.

Michèle Morgan, née Simone Roussel, est née le 29 février à Neuilly-sur-Seine. Elle est décédée mardi à l’âge de 96 ans.

Elle a tourné dans soixante films des années 1930 aux années 1980, avec les plus grands réalisateurs : Marcel Carné, Marc Allégret, René Clément, Claude Chabrol, Claude Lelouch et beaucoup d’autres.

Elle a reçu un César d’honneur en 1992 et un Lion d’or en 1996.

Elle est la première actrice française à recevoir au premier Festival de Cannes en 1946, le prix d’interprétation féminine pour son rôle de Gertrude dans le film « La Symphonie Pastorale ».

Quelques dates :

29 février 1920 : Naissance à Neuilly-sur-Seine

1937: Joue dans Gribouille, de Marc Allégret

1938 : Le Quai des brumes, de Marcel Carné

1942 : Joan of Paris, de Robert Stevenson

1943 : Two Tickets to London, d’Edwin Marin

1944 : Passage to Marseille, de Michael Curtiz

1948 : La Symphonie pastorale de Jean Delaunoy

1955 : Les Grandes Manœuvres, de René Clair

1967 : Benjamin ou les mémoires d’un puceau, de Michel Deville

1975 : Le Chat et la Souris, de Claude Lelouch

1977 : Publie ses Mémoires Avec ces yeux-là (Robert Laffont)

En 1959, elle devient la compagne de Gérard Oury, rencontré sur le tournage du film « Le miroir à deux faces » d’André Cayatte l’année précédente. Ils resteront ensemble jusqu’au décès d’Oury en 2006.

Elle a annoncé la fin de sa carrière en 2001.

Elle est, à mon avis,  malheureusement connue surtout pour la réplique de Jean Gabin « T’as d’beaux yeux, tu sais » dans « Le quai des brumes. »

Cette réplique la suivra toute sa vie !

Photo : Quai des brumes avec Jean Gabin.

quai-des-brumes

 

OUF ! C’EST LE DERNIER.

12183709_1069066316466701_7966937736787668669_o

Dernier « C’est pas tous les jours dimanche  » de cette année. Reprise en janvier.

Comme les autres dimanches ce n’est pas un débat mais une foire d’empoigne.

Je ne vais pas reprendre tout le débat, je devrais le revoir une seconde fois et je n’en ai, oh ! là vraiment pas envie.

Les chroniqueurs qui, dixit l’animateur Christophe Deborsu,  « haussent le ton » sont Michel Henrion, Alain Raviart, Emmanuelle Praet et Christophe Giltay.

Je n’ai jamais vu Christophe Giltay hurler comme le fait chaque dimanche Alain Raviart. Emmanuelle Praet essaie d’exposer son point de vue – essaie – car elle est fréquemment coupée. J’ai l’impression qu’elle est bien seule.

Michel Henrion est le prof, sûr de ce qu’il dit et très habilement attaque la N-VA, son ennemi mortel et le gouvernement même quand le sujet ne le demande pas. On ne se refait pas, socialiste un jour, socialiste toujours.

Les invités sont choisis en fonction de ce qu’ils pensent : au minimum, un pour, un contre, c’est la loi des débats. Malheureusement, ils cèdent parfois à l’ambiance détestable qui règne sur le plateau et s’emballent, rendant leurs propos incompréhensibles.

Celui qui excelle dans ce jeu est Jean-Marc Nollet. Il parle posément, fait l’indigné quand on le contredit mais hélas ! j’ai pu souvent constater que ce qu’il disait n’était – soyons gentils – pas tout à fait vrai.

J’en viens à ce dimanche. Trois démissions de ministres ont été demandées, trois : Théo Francken, Jan Jambon et Willy Borsu.

Théo Francken : suite de la saga des visas refusés.
Jan Jambon : pour avoir invité Bart De Wever à une réunion après les attentats.
Willy Borsu : pour avoir pris le volant après avoir bu.

Je vais me risquer à quelques réflexions.

Impossible de voir clair dans cette polémique sur les visas refusés. Je sais seulement qu’il s’agit d’une famille syrienne invitée par une baronne de Namur. Le chef de famille était, dit-on, un proche d’Assad, président de la Chambre de Commerce. C’est peu comme information  pour une polémique qui enfle de jour en jour.

Refus grave d’appliquer une décision de justice disent les uns. Je précise tout de même que la présidente qui a condamné la Belgique à verser des astreintes était présidente de la Cours d’Appel francophone réunie ce jour-là. Pourquoi pas la Cours d’Appel au complet comme ce sera le cas quelques jours après pour un cas similaire avec cette fois un refus ?

J’avoue que je suis toujours perplexe. Pourquoi avoir été en justice ? Elle en avait le droit, me dit-on, j’ajoute, et les moyens. Alors je pense à tous les réfugiés qui eux ne jouissent pas de ce traitement de faveur.

Quant aux astreintes même si elles sont légales (nécessaires ? pas trop élevées ?) je ne peux m’empêcher de penser que c’est, une fois de plus, nous, les contribuables qui les paieront.

Que Théo Francken ait raison ou pas, je pense que la médiatisation de cette affaire nous a fait du tort et que nous manquons drôlement d’information pour avoir une opinion.

Jan Jambon aurait dans une réunion de crise, le 22 mars, après les attentats, fait appel à Bart De Wever pour avoir son avis ou son soutien sur l’opportunité de sa démission. Je ne sais plus si c’est à ce moment-là qu’il l’a présentée et qu’elle a été refusée par le Premier Ministre vu la situation grave où nous étions. Il est, je le rappelle, ministre de l’intérieur. Que l’affaire soit relancée maintenant après un article dans un journal français est tout le moins étonnant.

Ainsi Willy Borsu devait démissionner, malgré ses excuses, pour avoir pris le volant après avoir trop bu à une soirée privée. Ce n’est pas bien, Monsieur le Ministre, mais comme vous le savez, ce n’est qu’un prétexte. Tout est bon pour certains pour faire du tort à un gouvernement qu’ils ont juré, dès le début, qu’ils le feraient tomber.

J’admire toujours la bonne tenue des débats à la télévision française et qu’il n’en soit pas de même chez nous m’attriste.

Le débat s’est terminé par le témoignage d’une famille qui n’a pas les moyens de fêter Noël. On le sait, la Belgique n’arrive pas à faire disparaître la précarité qui est le lot d’une partie de notre population. Voilà un vrai sujet.

Heureusement, comme dit Christophe Deborsu, ce n’est pas tous les jours dimanche…

 

WALT DISNEY.

walt-disney

Walt Disney est décédé il y a cinquante ans, le 15 décembre 1966 en Californie. Il était né le 5 décembre 1901 à Chicago.

Comment ne pas penser à lui qui a donné tellement de joies aux enfants et bien souvent à leurs parents ? Je me souviens très bien du plaisir qu’éprouvaient mes enfants, puis plus tard, mes petits-enfants à regarder les dessins animés.

« Cendrillon » « Blanche Neige et les sept nains » « Pinocchio » « Le livre de la jungle » « Bambi » « Fantasia » « Dumbo » « Les 101 Dalmatiens » « Les Aristochats »

Au début des années 20 Walt Disney, dessinateur publicitaire, veut devenir l’exact opposé de son père, qui a collectionné les échecs professionnels et pouvoir faire mieux que tout ce qu’il voit au cinéma.

Il fonde sa première société de production et  c’est en 1928 que naît Mickey Mouse. La petite souris rencontre un immense succès. Elle est considérée comme l’alter ego de Disney.

La fortune des studios étant assurée il crée pour le grand écran un long métrage d’animation « Blanche-Neige et les sept nains ».

Walt Disney est aussi le premier créateur du premier parc à thèmes dont il a inventé le concept. Qui ne rêve pas du parc Disney à Paris ?

330px-fantaisyland_disneyland_paris

Difficile de choisir une vidéo. Vous les trouverez toutes sur You Tube.

Chantons aussi «Il en faut peu pour être heureux».

 

REACTIONS DE BOB DYLAN.

bob-dylan-3

Bob Dylan, lauréat du prix Nobel de littérature, a envoyé un message de remerciement à l’académie de Suède, où malgré son absence à la cérémonie de remise des prix samedi, il s’est dit honoré et surpris de la récompense qui lui a été décernée.

« Je suis désolé de ne pas pouvoir être parmi vous, mais sachez que je sui assurément avec vous par esprit et je suis honoré de recevoir un prix si prestigieux.

Si quelqu’un m’avait dit que j’avais la moindre chance de gagner le Prix Nobel, j’aurais pensé que j’avais à peu près les mêmes chances de me retrouver sur la lune. »

Sa lettre a été lue par l’ambassadrice américaine en Suède, Aziza Raji, lors du banquet de remise des prix.

J’ajoute qu’il a accepté la récompense de 8 millions de couronnes !

Son absence a fait l’objet de nombreux débats en Suède. Elle a d’ailleurs été largement critiquée ailleurs, considérée parfois comme une preuve d’arrogance.

J’ajoute que des écrivains se sont étonnés de l’attribution du prix. Je les comprends. Combien ne le méritent-ils pas ? Philip Roth, par exemple, américain lui-aussi, que j’aime beaucoup.

Bien malin qui pourrait dire ce qui s’est vraiment passé à l’académie.