LECTURES DES POLITIQUES.

 

livres

Le journal belge La Libre vient de publier un article intéressant sur ce que lisent les Politiques pendant les vacances.

Le journaliste en a interrogé quinze. Vous retrouverez Paul Magnette, du PS, Olivier Maingain, FDF, Daniel Bacquelaine, MR, Patrick Dupriez, Ecolo, Elio Di Rupo, PS, Jean-Luc Crucke, MR, Véronique Salvi, CDH, Marie-Christine Marghem, MR, Maxime Prévot, CDH, Mischaël Modrikamen, Parti Populaire, Laurette Onkelinx, PS, Jean-Marc Nollet, Ecolo, Christine Defraigne, MR, Jean-Claude Marcourt, PS.

Je vous épargne leurs fonctions. Ils sont tous très connus et exercent tous un emploi (aïe !) important.

Première constatation, ils sont bien sérieux. Le commentaire qui présente leurs livres insiste sur ce que leur lecture leur apporte. « Il ne faut jamais cesser de nourrir sa réflexion politique même en vacances. (Magnette)  » « C’est captivant de faire un détour par le passé pour comprendre les crises actuelles (Dupriez) ».

Pas de surprise non plus sur les auteurs cités. Spécialiste de l’économie comme James Salter, essayistes  comme François de Closets et Michel Winock, historien comme Jean Teulé.

Des auteurs à la mode cette année : David Foenkinos, Mario Vargas Liosa, Amin Malouf, Stephen King, Michel Houellebecq.

J’avoue que j’ai retrouvé les auteurs que j’apprécie.

Peu disent ne lire que des romans comme Olivier Maingain mais il cite Jean Teulé. Par contre, Jean-Luc Crucke avoue ne jamais lire de romans.

Un aveu m’a étonnée : Maxime Prévot lit Valérie Trierweiler, livre polémique de la compagne de Hollande. Vu le succès rencontré, mon petit doigt me dit que d’autres l’ont sans doute lu !

Une surprise : Elio Di Rupo qui lit en parallèle deux bouquins et en feuillette un troisième. Voilà ce que je ne ferais jamais. Mais il est libre, voyons…

Cet article m’a intéressée. Je préfère connaître leur lecture que l’endroit où ils passent leurs vacances, repris aussi par la presse.

Sont-ils sincères ? Pourquoi pas. Ont-ils été conseillés ? Sans doute, comme tout le monde par leur libraire ou la presse.

Je vais terminer par un compliment, ils parlent très bien de leur lecture. Quand ils seront éjectés de la politique, ils pourraient peut-être devenir critiques littéraires en élargissant leur horizon et avec quelques progrès…

Ce n’est certainement pas pour demain !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s