QUATRE JOURS.

Monsieur X a trouvé sa vitrine endommagée. Les dégâts sont importants.  La police recherche les auteurs.

Madame X a été agressée dans la rue. Sous le choc, elle a été emmenée à l’hôpital. La police enquête.

Monsieur Y a trouvé sa voiture coincée par une autre, l’empêchant de sortir. La police a dressé procès-verbal.

Un chauffeur de bus a été violemment pris à parti par un usager. Celui-ci a été emmené par la police.

« Ce ne sont que des faits-divers relatés par les journaux. »

 

Magasin

« Si vous ouvrez, on saccage tout » Des commerçants menacés par des syndicalistes, relayés par La Libre.

 

Ils ont leurs raisons.

Comme les syndicalistes le disent, le droit de faire la grève est au-dessus de la Constitution.

Dont acte.

 

Publicités

Un commentaire sur “QUATRE JOURS.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s