SIMONE VEIL.

Simone Veil

Simone Veil est née le 13 juillet 1927 à Nice.

Rescapée de la Shoah, elle entre dans la magistrature comme fonctionnaire jusqu’à sa nomination comme ministre de la santé en 1974. A ce poste, elle fait notamment adopter la « loi Veil » promulguée le 17 janvier 1975 qui dépénalise le recours par une femme à l’interruption volontaire de grossesse.

De 1979 à 1982, elle est la première présidente du Parlement européen, nouvellement élu au suffrage universel. Elle est Ministre d’Etat, ministre des Affaires sociales dans le gouvernement Balladur puis siège au Conseil constitutionnel de 1998 à 2007. Elue à l’Académie française le 20 novembre 2008, elle est reçue sous la Coupole le 18 mars 2010.
(Billet du 19 mars 2010

LOI VEIL.

C’est le 26 novembre 1974 que Ministre de la Santé de Valéry Giscard d’Estaing, président récemment élu, que Simone Veil monte à la tribune de l’Assemblée nationale pour présenter aux députés son projet de réforme de la législation sur l’avortement. A l’époque, interrompre une grossesse est considéré comme un crime par le Code pénal.

« Je le dis avec toute ma conviction : l’avortement doit rester l’exception, l’ultime recours pour des situations sans issue. (…) Je voudrais tout d’abord vous faire partager une conviction de femmes. Je m’excuse de le faire devant cette assemblée presque exclusivement composée d’hommes. Aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement. C’est toujours un drame, cela restera toujours un drame. »

Il y aura trois jours de débats violents. Les insultes pleuvent. « Fours crématoire » « Barbarie organisée et couverte par la loi comme elle le fut par les nazis » « Choix d’un génocide » « Abattoirs où s’entassent des cadavres de petits hommes »

Après le passage de 74 orateurs, Simone Veil reprend la parole, déplorant les analogies avec le racisme scientifique des nazis.

Il lui a fallu beaucoup de courage pour supporter toutes ces injures. Elle a été d’autant plus touchée que trente ans plus tôt, elle avait échappé aux camps de la mort, où ses deux parents et son frère ont péri.

Le 29 novembre 1974, 284 députés contre 189 votent la loi dépénalisant l’IVG. Depuis, la législation a été assouplie à plusieurs reprises.

A l’occasion de ce quarantaine, France 2 diffusera mercredi soir un téléfilm La Loi sur le débat houleux qui a agité l’Assemblée nationale, avec Emmanuelle Devos dans la peau de Simone Veil.

Simone Veil ne s’exprime plus en public depuis la mort de son mari. Elle ne devrait pas sortir de son silence pour cet anniversaire.

C’est parce qu’elle avait été touchée par les dégâts causés par les avortements clandestins, qui touchaient surtout les classes populaires, qu’elle a accepté de se battre pour que le Parlement vote la loi légalisant l’IVG.

Elle le dira dans son discours : « Actuellement, celles qui se trouvent dans cette situation de détresse, qui s’en préoccupe ? La loi les rejette non seulement dans l’opprobre, la honte et la solitude, mais aussi dans l’anonymat et l’angoisse des poursuites. »

Simone Veil : une femme exceptionnelle.

Je reprendrai les derniers mots de Jean d’Ormesson lors de son discours de réception de Simone Veil à l’Académie française : « Nous vous aimons, Madame. »

 

Publicités

Un commentaire sur “SIMONE VEIL.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s