DECLARATION.

L’association syndicale des magistrats (ASM) défend, dans une lettre adressée à la presse, le principe de la liberté conditionnelle.

Elle rappelle que la liberté conditionnelle est un mode d’exécution de la peine privative de liberté, par lequel le condamné subit sa peine en dehors de la prison. Elle est un facteur important de lutte contre la récidive car la personne libérée est suivie et encadrée.

Le président de l’association poursuit : « Jamais, la Justice ne pourra réparer les torts. Jamais elle ne pourra apaiser le sentiment d’horreur, ni réparer les souffrances subies par les victimes. En revanche, la Justice a pour mission d’examiner les possibilités de réinserton des condamnés. Ils ont des droits, sans lesquels il n’y pas de dignité humaine. »

La déclaration a été publiée par Belga notamment dans La Libre du 17 août.

Le principe de la liberté conditionnelle a été largement expliqué depuis des semaines par des juristes. Néanmoins, je trouve ce communiqué de l’ASM important.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s