LE CREATIONNISME.

Le lundi 14 avril, tout à fait par hasard, j’écoute un mini-débat à propos de la théorie de l’évolution. Je reste abasourdie d’entendre que de futurs enseignants, même des enseignants sont réticents à l’enseigner. Les ministres Dupont et Simonet se disent préoccupés et enchaînent sur l’enseignement des sciences, insuffisant, même si le darwinisme fait partie des programmes.

En 2007, la ministre Aréna avait diffusé une circulaire mettant en garde les équipes éducatives contre L’Atlas de le Création rédigé par le Turc Harun Yahya, qui réfute clairement la théorie de l’évolution. Des chercheurs de l’ULB ont été chargés de mesurer l’ampleur du phénomène. Selon leur étude réalisée auprès de 1263 étudiants du secondaire et du supérieur, près d’un étudiant sur quatre se sentirait proche des théories créationnistes.

D’après le ministre Christian Dupont (articles du Soir – 8 février 2008 – 14 avril 2008) le corps enseignant est parfois démuni face à cette situation, qu’il qualifie de conflits de loyauté vécus par l’élève vis-à-vis de sa famille. Les élèves ayant reçu une éducation religieuse seraient écartelés entre leur vécu et ce qu’on leur enseigne en classe. (biologie, psychologie, cours philosophiques).

Selon Laurence Perbal, aspirante FNRS en philosophie des sciences (ULB), auteur de l’étude bruxelloise, il est urgent de mener un débat de fond. « Comment dans une société pluriculturelle, enseigner les sciences sans heurter les croyances ? Dialoguer sans être dans la confrontation ? Négocier sans transiger sur le contenu ? »

Dialoguer. En sommes-nous arrivés à ce que des théories scientifiques, prouvées, ne puissent plus être enseignées parce qu’elles heurtent une sensibilité religieuse ? Jusqu’où irons-nous ? Ne peut-on pas dénoncer que le créationnisme, soit une lecture littérale de la Bible ou du Coran, est contredite par la science ?

La science n’a pas réponse à tout. Elle ne sait rien sur l’existence de Dieu et le dit. Toutes les religions ont droit au respect. Qu’on me comprenne bien. Je ne suis pas contre l’enseignement des religions, quelles qu’elles soient, mais je dis qu’il doit être possible, nécessaire, d’enseigner, en parallèle, ce que la science nous dit, notamment sur l’évolution. La foi est personnelle, libre, donc à chacun de se faire une opinion.

Il y a vingt ans, on pouvait, dans les écoles, organiser des débats sur des sujets sensibles, comme la peine de mort. Aujourd’hui, combien de sujets sont tabou ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s