REDOUBLEMENT EN 3ème MATERNELLE.

Les sujets de s’étonner, s’attrister ou s’indigner ne manquent pas. Depuis longtemps, les études qui se succèdent affirment que notre enseignement va mal. Niveau trop bas, trop d’échecs, trop de redoublements, manque de formation professionnelle.

Le redoublement surtout a suscité de vives polémiques. Je précise qu’il s’agissait de l’enseignement secondaire. Certains étaient pour; d’autres contre. Argument des "pour" : indispensable pour une bonne scolarité. Arguments des "contre" dont je fais partie : échec camouflé, répercussions négatives pour l’enfant, une solution facile, un alibi en sorte qui empêche de réfléchir aux vraies solutions. En tous cas, certainement pas un remède à l’absentéisme.

Vous comprendrez aisément que d’apprendre qu’un élève de 3ème maternelle pouvait redoubler m’a vraiment stupéfiée. La Libre Belgique précise : "Chaque année, près d’un enfant sur vingt en Communauté française entre ainsi en 1re primaire avec un an de retard, à la suite de son maintien en 3ème maternelle." (art. mis en ligne le 12 avril).

Je crois rêver en lisant les arguments évoqués : manque de maturité, bénéfice d’une année supplémentaire avant d’entrer à l’école primaire. Je m’attendais plutôt à un manque de connaissance du français puisque les populations d’immigrés sont les plus touchées. Certaines rumeurs font état d’un absentéisme trop prononcé.

Quel est donc le rôle de l’école maternelle ? Pour moi, avant tout, un rôle de socialisation. Les enfants jouent ensemble, apprennent à se connaître tellement bien parfois que tout le monde a déjà entendu un môme parler de son amoureux/se avec le plus grand sérieux.

Autre rôle important, le développement de l’enfant qui, par des activités ludiques, va "grandir". Un "éveil",disait-on avant, pour caractériser les acquis au niveau psychomoteur ou mental avec une conséquence importante qu’est l’épanouissement de l’enfant.

En aucun cas, il ne s’agissait d’une préparation à l’école primaire, sinon au sens large comme je viens de l’exprimer.

Je me pose une question : comment un/e instituteur/trice décèle-t-il le manque de maturité d’un enfant ? Je ne vois pas. Je sais que c’est aussi la tarte à la crème dans le secondaire : votre enfant manque de maturité. – Ah ! bon, moi, sa mère, je ne l’avais pas remarqué. Un peu d’humour, c’est aussi ce que certains disent de leur conjoint…

Non, je ne peux pas accepter le redoublement en 3ème maternelle. Rien ne peut justifier de "marquer" un enfant, de lui infliger une blessure qui ne sera peut-être apparente que beaucoup plus tard. Le mal sera fait, de manière irrémédiable.

Allons, un peu de bon sens !

 

Tags: ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 239 autres abonnés

%d bloggers like this: